Pour faire une recherche dans le site complet:
Mercis à "SiteLevel" !
___________________________________________

LA PÉNIBLE TRAVERSÉE
ET L'ARRIVÉE EN NOUVELLE-FRANCE
_________________________________________

AVIS: Les renseignements affichés dans cette page ne sont qu'un très
court résumé de ceux contenus dans les publications offertes par
La Société Historique et Généalogique BellemareMC

Les droits d'auteur ne nous permettent pas de publier
certains détails et précisions manquants dans cette page.

___________________________________________________________
 
VOICI  QUELQUES  TITRES  ET  EXTRAITS
de sujets traités dans les ouvrages généalogiques Bellemare,
concernant le départ de la France, la traversée et l'arrivée
de nos ancêtres en Nouvelle-France (au Québec) en 1658 : 

PARTONS LA MER EST BELLE !
 
En fin de mai 1658, la corvette est prête pour le départ.  Le navire est armé aux 3/4 par le propriétaire et au 1/4 par le capitaine.  Les officiers et les passagers de marque occupent à plusieurs les cabines aménagées sous le gaillard arrière.  Les marins logent dans l'entrepont.  Les autres passagers dormiront à l'arrière du navire...
Les animaux vivants étaient parqués près des cuisines sous le gaillard...
 
On descend à terre pour une messe avant le départ puis le commandant faisait battre la caisse pour avertir l'équipage et les passagers que le départ était imminent...

L'humeur de dame nature pouvait parfois prolonger le temps de la traversée.
 
LA VIE À BORD :
 
Il est interdit de se lever la nuit.  Les passagers étaient laissés à eux-mêmes... Quand l'océan était agité, cela rendait la vie encore plus pénible pour les mouvements, les attitudes, le repos, les repas et pour quelques autres besoins à satisfaire.
 
On se lève à l'aube pour la prière en groupe obligatoire... Le capitaine pouvait assigner des corvées.
 
Il y avait habituellement 3 repas par jour.  Au déjeuner, on se nourrissait de biscuits excellents s'ils n'étaient pas remplis de petits vers après quelques semaines de navigation.  Quant au dîner...

...maïs ou de pois auquel on ajoutait de la graisse ou de l'huile d'olive de façon à ce que le tout soit nourrissant.
 
Les produits de pêche amélioraient les menus. Au bout de 15 à 30 jours de navigation, l'eau étant conservée dans des tonneaux de bois, prenait une couleur brunâtre, un goût amer et s'infestait de petites larves (asticots) en plus de dégager une odeur nauséabonde....
 
L'hygiène ou la salubrité laissait souvent à désirer sur le navire.  Les conditions de maladie étaient grandes.  Le mal de mer était de la partie et les marins se moquaient des atteints...

Les pirates et les corsaires s'ajoutent aux risques encourus lors d'une traversée...
_______________________________________________

Échantillon de documents offerts sur le CD-ROM.
L'IMAGE À LA DROITE vous illustre quelques documents qui ont été pris ici et là dans les publications généalogiques qui vous sont offertes par
La Société Historique et Généalogique Bellemare.

Voyez plus bas dans cette page, le lien pour demander
par courriel, les modalités d'une commande pour un
ou des ouvrages publiés.


Les droits d'auteur ne permettent pas à la section
"Généalogie des Bellemare" du Domaine Web  www.bertpage.ca  d'afficher tous les détails et précisions contenus dans les ouvrages, comme les
dates précises, les noms des notaires, les numéros de contrats, les lieux exacts etc.

Merci pour votre compréhension !
______________________________________________ 
 
ARRIVÉE À QUÉBEC :
 
Après 69 jours de navigation, le navire arrive à la ville de Québec le 6 août 1658 et salue selon la tradition, d'un coup de canon.  La redoute de Québec en fait autant.  Pour Étienne Gellineau, son fils de 12 ans et les autres, le voyage n'est pas terminé...

...ils montent sur une barque pour remonter le fleuve jusqu'aux Trois-Rivières. 
La distance était franchise en 2 ou 3 jours... 
 
LE QUOTIDIEN À "Petit Cap-de-la-Madeleine" :
 
Pour honorer leur contrat envers le sieur Pierre Boucher, Étienne et Jean ont dû oeuvrer au domaine de Sainte-Marie. Ils se sont mis à la tâche : couper les arbres, équarrir, défricher, labourer, participer à la construction du fort, des redoutes, la chapelle, préparer le bois de chauffage pour l'hiver...
 
...on prenait les repas accroupis devant le foyer, autour du coffre de voyage, recouvert d'un drap.  Le soir, il n'y avait que la lueur du foyer pour éclairer la pièce unique car les chandelles étaient des objets rares chez les pionniers...
 
...les toits étaient fabriqués de chaume ou de planches couvertes de bardeaux de cèdre avec une bonne pente pour faciliter l'écoulement de l'eau.  Certains notaires nommaient ces maisons "maison de madriers" ou "maison close de pieux"...
 
NOTE:  Les renseignements ci-haut ne sont qu'un très court résumé des conditions de vie d'Étienne et Jean Gellineau aux débuts de la colonie en Nouvelle-France.  Les détails sont fournis dans les publications offertes par La Société.

Voici une carte géographique de la région de Saintes, en France, d'où viennent les ancêtres Étienne et Jean Gellineau.

*Cliquez sur la carte pour retourner au haut de la page.
Région de Saintes, en France. Les défricheurs...
Cliquez ci-bas pour :
MA VISIONNEUSE !
 
Cliquez ci-bas pour :

 La Généalogie des Béland
Album de photos
Les célébrations
La discrétion en Généalogie
Pourquoi la Généalogie ?

___________________________________________________

Pour nous joindre par courriel,
veuillez NOTER et TAPER l'adresse suivante
dans la barre d'adresses de votre messagerie :

Au plaisir de vous lire !  
 
____________________________________________________

Vous pouvez aussi cliquer ci-bas pour :

PAGE SUIVANTE : Gén. Nos ancêtres 1642-1664.
PAGE PRÉCÉDENTE : Gén. Corrections et ascendants en France.
GÉNÉALOGIE, INTRODUCTION : Présentation, section généalogie.
DIAPORAMA BERTRAND : Mon album de photos personnel.
GÉNÉALOGIE DES BÉLAND : Présentation de la section.
RETOUR À L'ACCUEIL : Bienvenue à BERTPAGE.CA !